Par J. P. Rédigé le 18/10/2019

À 28 ans, elle vient de rejoindre l’équipe féminine du Stade Malherbe de Caen. Joueuse expérimentée, leader d’une équipe très jeune, cette défenseure centrale aspire aujourd’hui à évoluer au plus haut niveau.

Apporter son expérience

Tatiana Bastard, défenseure centrale du SM Caen Féminines © J. P.

Après avoir évolué pendant quatre ans avec les garçons à l’ES Falaise, la défenseure centrale rejoint l’ES Cormelles à l’âge de 14 ans pour y intégrer une des seules sections féminines du département il y a quinze ans. À 23 ans, elle rejoint l’AG Caen, référence du football féminin dans l’agglomération caennaise depuis quelques saisons déjà.

Ayant donc évolué en deuxième division ainsi qu’en Régional 1, Tatiana Bastard met aujourd’hui sa combativité et son expérience au service du Stade Malherbe. « Emblématique pour moi, rejoindre le SMC est aussi la concrétisation de tout ce que j’ai pu faire auparavant. » L’entraîneuse, Anaïs Bounouar, peut compter sur sa capacité à accompagner les jeunes joueuses. « Je suis considérée comme leader pour encadrer les jeunes. Je parle beaucoup sur le terrain, je pense que cela peut aider à les guider. Pour le reste, je ne me mets pas en avant et je reste à ma place. »

Évoluer au plus haut niveau

Tatiana Bastard lors d’un entraînement – Stade de Venoix – Caen © J. P.

Humble, Tatiana Bastard ne cache toutefois pas son ambition d’atteindre le plus haut niveau. « Plus jeune, je n’avais pas l’ambition d’être joueuse professionnelle mais le SMC peut être le moyen d’y arriver quand même. Atteindre le plus haut niveau et, si j’y parviens avant de terminer ma carrière, jouer une fois en Ligue 1: ce serait super! » Appréciant des joueurs comme Thomas Müller, Robert Lewandowski ou encore le défenseur central girondin Laurent Koscielny, cette supportrice du Bayern Munich ne manque pas de modèles pour atteindre les sommets.

Aujourd’hui en Régional 2, le très bon début de saison du SM Caen Féminines présage déjà une montée en Régional 1 la saison prochaine. « Nous avons une infrastructure superbe et évoluons dans de très bonnes conditions. L’ambiance est très bonne et la cohésion d’équipe commence même à se former. »

Depuis quelques années, le football féminin s’est démocratisé en France. Les très bons résultats des joueuses internationales françaises ainsi que leur médiatisation croissante en sont probablement les principaux facteurs. Porteuse d’un message, Tatiana Bastard souhaite encourager les jeunes générations de filles à pratiquer son sport. « Aujourd’hui, le football n’est plus considéré comme un sport réservé aux garçons. Désormais, tout est mis en œuvre pour les filles, les clubs s’investissent de plus en plus… Il faut venir essayer, ne pas hésiter et se faire plaisir. »