Par J. P. Rédigé le 28/05/2019

Seule certitude pour le moment: le visage politique de Falaise changera à l’horizon 2020. En effet, l’actuel maire n’est pas candidat à sa succession, Clara Dewaële-Canouel sera la nouvelle tête de liste de la majorité sortante. Hervé Maunoury, président du groupe de l’opposition « J’aime Falaise », a accepté de livrer sa vision du mandat municipal en cours ainsi que quelques grandes lignes des projets de sa liste.

Le renouveau de la politique falaisienne

Hervé Maunoury, conseiller municipal de Falaise et président du groupe de l’opposition « J’aime Falaise » © J. P.

Inédites seront les élections municipales 2020 à Falaise. Pour la première fois depuis 1967, la majorité sortante n’aura pas un candidat issu du corps médical. Sans précédent, c’est une jeune femme de 32 ans qui en sera la nouvelle tête de liste. Maire de Crocy depuis mars 2014, vice-Présidente de la Communauté de Communes du Pays de Falaise depuis avril de la même année et conseillère départementale du Calvados depuis le 29 mars 2015, Clara Dewaël-Canouel désire désormais s’enraciner à Falaise. Une candidature considérée comme un parachutage par l’opposition. Le siège de première magistrate pourrait hypothétiquement servir de tremplin lui permettant, par la suite, d’être investie par le Centre et la Droite en vue des élections législatives 2022.

Pour le moment, c’est la seule candidate à briguer le mandat de la cité ducale. Toutefois, il ne fait aucun doute que la liste « J’aime Falaise » entrera en lice: « la décision concernant la tête de liste sera connue durant l’été et le programme sera élaboré avec ses membres à l’automne », indique Hervé Maunoury. Avant de poursuivre: « le conseil municipal va changer en profondeur. Un renouvellement est à prévoir avec beaucoup d’élus qui mettront un terme à leur engagement politique ».

« C’est un bilan moyen »

Hervé Maunoury affiche son soutien à la majorité refusant, entre autres, catégoriquement toute autre implantation de centre commercial. « Il en va de la sauvegarde de nos petits commerces du centre-ville. »

Toutefois, il ne manque pas de rappeler que l’action de la majorité est critiquable. « Nous ne pouvons pas dire que le bilan du mandat en cours soit positif ou négatif: c’est un bilan moyen. » Il dénonce notamment des retards et des surcoûts dans la réalisation des travaux du centre-ville: « la suppression des pavés sur la Place Belle-Croix pour les remplacer par du béton représente un surcoût de plusieurs centaines de milliers d’euros. L’installation de jets d’eau en plus de la remise en eau de la fontaine historique que nous avons obtenue était-elle pertinente? Ces jets d’eau vont engendrer un surcoût de maintenance annuelle qu’il faudra désormais, intégrer au budget ». Son autre déception concerne les travaux du Boulevard de la Fontaine Couverte n’ayant pas été, selon lui, suffisamment étudiés. « Sa largeur conséquente permettait de le redessiner en totalité, en le végétalisant et en intégrant les circulations douces pour les piétons et les vélos. Malheureusement, le projet mal mené devra être reprit par la prochaine mandature. »

« Il y a aussi un manque de dynamisme et de volonté pour améliorer le rayonnement de la ville à l’extérieur. Un exemple type est celui de la Finale de la Coupe du Monde 2018: la municipalité a refusé l’installation d’un grand écran alors que Saint-Pierre-sur-Dives et Vignats, par exemple, eux, l’ont fait! »

Les projets de la liste « J’aime Falaise »

À 46 ans, Hervé Maunoury est depuis 2008 conseiller municipal et président du groupe de l’opposition « J’aime Falaise ». Candidat malheureux aux élections municipales de 2014, sa liste a malgré tout obtenu 42,32% des voix. Il sera très probablement investi tête de liste pour 2020. Néanmoins, cette fois-ci, n’étant plus adhérent au Parti socialiste depuis 2016, il serait candidat sans étiquette.

Deux grandes lignes sembleraient se dégager des futurs projets de « J’aime Falaise ». Tout d’abord, une perte du nombre d’habitants à Falaise au profit des communes environnantes, attestée lors du dernier recensement, l’encourage à conquérir de nouveaux Falaisiens. « La ville vieillie et se dépeuple. Il y a moins d’enfants et de jeunes: deux classes ferment à la rentrée de septembre et le tissu associatif s’amoindrit. Alors, comment la rendre attractive pour qu’elle rayonne bien au-delà du pays de Falaise? Il faudrait qu’un jeune couple de l’agglomération caennaise, par exemple, cherchant un endroit où s’installer envisage d’y venir. Aujourd’hui, l’image n’est pas suffisamment positive pour qu’il s’y projette bien que nous ayons une qualité de vie assez exceptionnelle. »

Ensuite, la seconde ligne serait l’accompagnement des habitants tout au long de leur vie. « Le rôle d’une municipalité est aussi de travailler à la réussite et l’épanouissement de ses administrés. L’échec scolaire est un sujet important engendrant des décrochages et parfois des incivilités. Il nous faut donc accompagner les établissements scolaires afin d’enrayer cette spirale. Pour les personnes âgées, il est aussi de notre devoir d’adapter la ville au vieillissement de la population et de les accompagner au quotidien. »

Hervé Maunoury souhaite un élan fédérateur derrière le projet de sa liste: « toute la population doit se retrouver dans le projet de Falaise 2020-2026 ».

À moins d’un an des élections municipales de 2020, les Falaisiens connaissent déjà une candidate qui, en l’espace de quelques années, s’est inscrite dans le paysage politique local. Désormais, ils devront attendre quelques semaines avant l’annonce officielle de la liste « J’aime Falaise ». D’ici là, peut-être apprendront-ils l’annonce d’autres candidats?