Par J. P. Rédigé le 09/05/2019

La lutte contre la réforme de la fonction publique a réuni, selon les syndicats, environ 350 personnes dans les rues d’Alençon ce matin.

Manifestation sociale contre la réforme de la fonction publique — Alençon, jeudi 9 mai 2019 © J. P.

Olivier Dussopt, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach dans La Matinale sur CNEWS ce jeudi 9 mai 2019. Porteur de la réforme, il a maintenu que celle-ci est attendue par les agents voulant de la mobilité, l’accès à la formation et la maîtrise de leur carrière.

Des points de crispation et un seul mot d’ordre

Le projet de loi de transformation de la fonction publique comporte de nombreux points de tensions avec les principaux syndicats. L’article 6 semblait être le plus critiqué ce matin à Alençon. 

Cet article prévoit spécialement pour la fonction publique la création d’un CDD, baptisé « contrat de projet ». Il sera ouvert à toutes les catégories — A, B et C — et d’une durée maximale de 6 ans. Malheureusement, ce contrat n’ouvrira pas de droit ni à un CDI ni à une titularisation.

« Cette réforme entraînera plus de précarité et moins de protection: c’est une privatisation de la fonction publique au rabais » , explique un manifestant. « Nous ne lâcherons rien » , dit un autre.

La grève se poursuit cet après-midi à Argentan, ainsi que dans toute la Normandie et toute la France.